En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique.

TRANSFERTS D’ARGENT À L’ÉTRANGER : DITES MERCI AUX FINTECHS ! - Capital

ACTUALITE I 29 June 2016

Le marché des transferts d’argent n’a jamais été aussi dynamique. Alors qu’Orange Money débarque en France, de nombreuses start-up cassent déjà les prix d’une activité très lucrative, encore dominée par les banques et des institutions spécialisés comme Western Union. Pour vous aider à faire le bon choix, Capital.fr a fait le tour des offres.

Il n’y a encore pas si longtemps, pour envoyer de l’argent à l’étranger, il n’y avait pas d’autres solutions que de passer par sa banque ou la Poste. Et pour bénéficier d’un important réseau à l’étranger, il fallait payer, souvent cher, les services d’une entreprise spécialisées comme Western Union. Selon le cabinet BCG, ces intermédiaires prennent entre 8 et 12% des montants échangés, c’est-à-dire jusqu’à 120 euros sur 1.000 euros envoyés. Mais ces frais exorbitants appartiendront bientôt au passé grâce à plusieurs sociétés qui entendent révolutionner les transferts d’argent à l’étranger.

Présent depuis 2008 en Afrique, Orange va ouvrir son service Orange Money en France, avec des transferts possibles vers le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Mali. L’opérateur mobile possède déjà 30.000 points de retrait d'argent dans ces trois pays, et affiche des tarifs très abordables : entre 3 et 8 euros pour des transferts jusqu’à 400 euros.

Que vous souhaitiez aider vos enfants pendant leur échange universitaire, dépanner un ami à l’autre bout du monde ou tout simplement payer une facture à l’étranger, voici d’autres solutions, cette fois 100% numériques, qui vous permettront d’envoyer de l’argent dans le monde, à moindre frais !

Paytop pour passer par un acteur français

Lancé en 2012, le Français PayTop propose tout un éventail de services en ligne pour faciliter l'échange d'argent à l'international : transferts à prix réduit vers 138 pays (4 euros pour les sommes inférieures à 150 euros, 8 euros au-delà), achat de devises sans frais fixes et avec livraison à domicile, cartes de paiement multidevises (euro, dollar et livre sterling) pour échapper aux frais bancaires sur les paiements effectués à l'étranger (29,90 euros par an).

Azimo pour des tarifs low-cost

La start-up Azimo propose des retraits de liquide, des virements bancaires, des rechargements de crédit sur téléphone portable ou portefeuille mobile dans 198 pays et 73 devises. La fintech anglaise revendique des tarifs jusqu’à 85% inférieurs à ceux des banques, à l’image du transfert d'argent instantané à 1 euro vers 15 pays d'Amérique. Parmi ses actionnaires, on trouve Rakuten, le géant japonais du e-commerce (notamment propriétaire de Price Minister), qui souhaite faire des synergies avec l'application de messagerie Viber.

TransferWise et CurrencyFair pour échanger des devises

Soutenu par Richard Branson et Xavier Niel, le britannique TransferWise permet des virements internationaux à des tarifs de neuf à douze fois moins cher que ceux des banques. La start-up applique le principe du « peer to peer » en compensant les avoirs de ses clients. Grâce à ce modèle, elle prélève une commission fixe d'une livre sterling, pour les sommes inférieures à 200 livres (environ 260 euros) et 0,5% au-delà de ce montant.

Concurrente directe de TransferWise, l’irlandais CurrencyFair édite une place de marché où les utilisateurs doivent déposer des fonds sur un compte avant d’échanger des devises à des taux avantageux et peuvent alors les envoyer sur un autre compte. La start-up prélève une commission de seulement 0,15% en cas de « matching » avec un autre utilisateur et sinon entre 0,4 et 0,5% des montants échangés plus des frais fixes de 3 euros.

WorldRemit pour envoyer l’argent sur un mobile

Dans les régions encore peu bancarisées, en Afrique ou en Asie, les portefeuilles électroniques mis en place par les opérateurs de téléphonie (comme Orange) sont très populaires. D’où le service de WorldRemit, qui permet de transférer de l'argent vers plus de 260 portefeuilles mobiles différents dans le monde. La start-up prélève moins de 1 euro pour l'envoi de sommes modiques qui peuvent être reçues dans un portefeuille mobile mais aussi en espèces à retirer chez un partenaire ou sur un compte bancaire.

Moneytis, pour comparer rapidement toutes les offres

Fondé par deux français expatriés, Moneytis est probablement le 1er site à visiter avant de réaliser des transferts d’argent à l'étranger. Ce comparateur évalue les offres d’une cinquantaine d’acteurs (dont Transferwise, WorldRemit, Currency Fair…) en fonction de différents critères (coût, temps de transfert, moyen de réception.). Aujourd’hui, près de 14.000 couples-pays sont proposés. La plateforme est 100% gratuite pour les particuliers, la start-up prenant une commission chez ses partenaires.

Jonathan Chelet

PayTop, startup française créée en 2012, est le leader français des services liés au paiement en ligne à l’international. PayTop offre une palette de services (transfert d’argent, achat de devises et carte de paiement multi-devises) permettant au grand public d’envoyer de l’argent et de payer partout dans le monde, simplement, en toute sécurité et aux meilleurs tarifs. La société est accompagnée par Truffle Capital, actionnaire de référence de la FinTech.

Contact presse : Julien LetourneuxT : +33 1 84 17 51 46julien.letourneux@paytop.com