En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique.

Les solutions de paiement pour un jeune à l’étranger - Le Revenu

ACTUALITE I 29 June 2016

De plus en plus de jeunes partent à l’étranger. Vaut-il mieux leur donner des devises ou une carte bancaire ? Tout dépend de leur âge et de la durée de leur séjour.

Un étudiant à l’étranger consacre en moyenne, hors logement, alimentation et frais de scolarité, 163 euros par mois pour ses loisirs, faire du sport ou payer  Internet et son mobile. Mais à Londres ou à New York, ses dépenses seront probable­ment plus importantes. Quelques billets cachés dans les poches de vos étudiants n’y suffiront pas.

Heureusement, il existe d’autres solutions de paiement sûres et économiques : cartes de débit internationales, cartes prépayées, ouverture d’un compte à l’étranger alimenté par virement… Tout dépend de l’âge du jeune qui part à l’étranger.

Avant 16 ans, des solutions spécifiques

L’instrument le plus pratique et le plus sûr pour effectuer ses paiements et retraits sera la carte bancaire. Vous pouvez faire opposition dès que vous la perdez et, même sans assurance moyens de paiement, votre responsabilité est limitée à 150 euros. Elle est accessible dès l’âge de 12 ans en version prépayée et ce, indépendamment de tout compte car un jeune ne peut déternir un compte courant avant 16 ans.

Certaines banques comme le Crédit Agricole rattachent des cartes internationales, à autorisation systématique, à un livret ou un compte à terme. La Société Générale propose ainsi une carte de débit à autorisation systématique V PAY (Visa), autorisée dès l’âge de 12 ans (à 17,50 euros).

Si votre enfant reste dans la zone euro, votre banque ne peut pas prélever de frais supplémentaires à ce qu’elle facture en France pour ses paiements et retraits par carte. S’il sort de la zone euro, la banque peut prélever des frais de change et des commissions de retrait et/ou de paiement. Ainsi, en dehors de l’Europe, un client de la Société Géné­rale paiera, pour un retrait, 3 euros plus 2,7 % de la somme retirée et, pour un paiement, 1 euro plus 2,7%.

Dès que votre adolescent quitte la zone euro, il peut être plus économique d’acheter une carte dans un bureau de tabac. La jeune société française de livraison de devises et de transfert d’argent Paytop propose une carte internationale prépayée qui permet des opérations dans trois devises (euro, dollar, livre sterling), que vous souscrirez à votre nom ou à celui de votre enfant à partir de 13 ans.

Pour 29,90 euros, elle vous exonère de tous les autres frais sur ces trois devises, mais prend 3,5 % de frais de change sur les autres monnaies (hors frais propres aux distributeurs), ce qui peut se révéler, à l’usage, plus économique qu’une carte classique. Elle permet aussi de jongler avec les devises pour anticiper une variation des changes et se commande sur son site.

Vous pouvez également ouvrir dans un bureau de tabac (en cinq minutes chrono) le nouveau compte de paiement Nickel, sans chéquier, ni découvert, à un jeune de 12 ans. Il suffit de la pièce d’identité du parent, de celle de l’enfant, du livret de famille et d’un justificatif de domicile. La carte est facturée 20 euros et les retraits, 1 euro dans le monde entier (hors frais prélevés par les distributeurs très courants à l’étranger) et il n’y a pas de frais sur les paiements. Les parents peuvent visualiser le compte et gardent le contrôle des virements sortants par validation avec un code reçu par SMS, sans nécessairement détenir eux-mêmes un Compte-Nickel.

À partir de 16 ans, le goût de la liberté

En pratique, toutes les banques incitent les parents à définir des plafonds de retrait et de paiement sur les cartes de leurs enfants jusqu’à leurs 16 ans. Dès 16 ans, un adolescent peut ouvrir un compte bancaire avec chéquier et carte bancaire internationale avec l’autorisation parentale. Il utilise librement les sommes inscrites au compte sauf opposition du représentant légal par lettre recommandée à la banque. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence. De plus en plus de banques proposent des cartes ou des formules avantageuses pour les jeunes se rendant à l’étranger.

LCL est la seule banque française à proposer, à partir de 16 ans, une carte Isic Mastercard, à la fois carte bancaire et carte d’étudiant internationale, donnant accès à divers avantages. Elle propose aussi aux étudiants majeurs l’option «paiements et retraits par carte hors zone euro» pour 3 euros par mois, sans durée minimale et qui exonère des commissions hors Union européenne, hormis les éventuels frais de la banque étrangère. La carte coûte 1 euro la première année ou plus longtemps sous condition (écoles partenaires ou enfants de clients).

À la Société Générale, la car­te Jazz option internationale pour les étudiants (de 18 à 29 ans), à 5 euros par mois, permet de s’exonérer des ­commissions facturées sur les virements, paiements et retraits (hors éven­tuelle commission de la banque correspondante). Il suffit d’effectuer un retrait et un paiement de 100 euros, chacun hors zone euro, pour la rentabiliser. Pensez aussi à la carte Viabuy de Mastercard, gratuite les trois premières années (puis 29,90 euros par an) qui permet des retraits et des paiements gratuits dans le monde entier.

Les jeunes majeurs peuvent aussi ouvrir un compte à l’étranger pour obtenir des moyens de paiement locaux, souvent indispensables pour régler un loyer ou toucher une indemnité de stage. Avant de partir, demandez à votre banque en France une lettre de recommandation, en anglais de préférence. Et prévoyez des «munitions» dans l’attente de l’ouverture.

PayTop, startup française créée en 2012, est le leader français des services liés au paiement en ligne à l’international. PayTop offre une palette de services (transfert d’argent, achat de devises et carte de paiement multi-devises) permettant au grand public d’envoyer de l’argent et de payer partout dans le monde, simplement, en toute sécurité et aux meilleurs tarifs. La société est accompagnée par Truffle Capital, actionnaire de référence de la FinTech.

Contact presse : Julien LetourneuxT : +33 1 84 17 51 46julien.letourneux@paytop.com