En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique.

Les fintech à la conquête des transferts d’argent internationaux - La Tribune

ACTUALITE I 12 October 2015

La startup britannique TransferWise, spécialisée dans les transferts d’argent à l’étranger, s’installe en France, terre d’origine de sa rivale PayTop. Le marché mondial des transferts d’argent internationaux entre particuliers devrait s’élever à 636 milliards de dollars en 2017, selon la Banque mondiale.

Les salariés de La Défense (Hauts-de-Seine) qui pressaient le pas pour aller déjeuner, mercredi 23 septembre, ont eu droit à un spectacle inhabituel. Un peu avant midi, Alain Robert, le "Spiderman français", connu pour ses escalades audacieuses en milieu urbain, a entamé l'ascension de l'une des tours du quartier d'affaires, afin d'y accrocher un calicot sur lequel étaient écrits les mots "Rien à cacher." Organisée par la startup britannique TransferWise, à l'occasion de son arrivée en France, cette opération de communication était destinée à"interpeller les banques au sujet du manque de transparence sur les frais appliqués lors des transferts d'argent internationaux", ces transferts réalisés, notamment, par les personnes émigrées qui envoient de l'argent à leurs familles restées au pays.

Une opacité dont les fondateurs de cette startup spécialisée dans les technologies financières (fintech), Taavet Hinrikus et Kristo Käärmann, ont fait eux-mêmes l'expérience. Le premier était encore payé en euros alors qu'il vivait déjà à Londres et le second percevait un salaire en livres sterling, alors qu'il devait rembourser en Estonie un emprunt immobilier libellé en euros. Des situations qui ont fait prendre conscience à ces deux jeunes Estoniens que "les banques facturent des frais cachés sur les taux de change", dénonce Taavet Hinrikus, dans un récent entretien à l'AFP.

Des commissions jusqu'à 9 fois inférieures à celles des banques

De fait, selon un rapport publié en juin par la Banque mondiale, les banques demeurent les intermédiaires les plus chers pour les transferts d'argent à l'étranger entre particuliers, avec un coût moyen de 10,96%, devant les spécialistes Western Union et Moneygram (6,59%). L'idée vient donc à Taavet Hinrikus et Kristo Käärmann de se passer des banques : sur la base du taux de change entre la devise européenne et la monnaie britannique, Kristo donne ses livres sterling à Taavet, qui, en contrepartie, lui cède ses euros. Dès lors, pourquoi ne pas répliquer ce système à plus grande échelle? Et ce, d'autant plus que, depuis l'adoption de la directive sur les services de paiement par l'Union européenne, en 2007, le marché des moyens de paiement est ouvert aux acteurs non bancaires.

C'est ainsi que naît, en 2011, le concept de TransferWise, basé sur l'échange de devises en ligne entre particuliers. Dans le cadre de ce système, l'argent ne traverse pas les frontières et TransferWise ne supporte pas le coût d'un réseau d'agences, si bien que la startup, agréée par la FCA (Financial Conduct Authority, le régulateur financier britannique), peut facturer à ses clients des commissions jusqu'à neuf fois inférieures à celles des banques. Quatre ans après sa création, la fintech permet d'envoyer de l'argent depuis 36 pays et affiche quelque 700 millions d'euros de transferts chaque mois. Autre preuve de son potentiel, TransferWise compte parmi ses actionnaires des investisseurs aussi renommés que Xavier Niel, le patron de Free, le milliardaire Richard Branson ou encore le fonds américain de capital-risque Andreessen Horowitz, qui a emmené le tour de table de 58 millions de dollars réalisé par la fintech en janvier.

Les transactions en ligne pèsent 5% du marché

C'est également pour lutter contre une offre trop peu compétitive sur le marché du transfert d'argent que la société de capital-risque Truffle et l'ancien ministre Eric Besson avaient porté PayTop sur les fonts baptismaux, en 2012. Trois ans plus tard, la jeune pousse, adoubée par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution - le gendarme des banques -, permet d'envoyer de l'argent en ligne dans 140 pays environ, pour un coût de 4 euros pour les transferts inférieurs à 150 euros et de 8 euros au-delà. La fintech revendique 55.000 clients et affichait 14 millions d'euros de flux financiers à la fin 2014.

Une somme que PayTop entend quintupler d'ici à trois ans. D'autres fintech affichent elles aussi de grandes ambitions, comme les Britanniques Azimo et WorldRemit. Il faut dire qu'avec l'internationalisation croissante des modes de vie, des carrières et de l'immigration, les transferts de fonds entre particuliers dans le monde devraient s'élever à 636 milliards de dollars en 2017, contre 583 milliards en 2014, d'après la Banque mondiale. Un marché où les transactions en ligne ne pèsent encore que 5%.

Christine Lejoux - La Tribune

PayTop, startup française créée en 2012, est le leader français des services liés au paiement en ligne à l’international. PayTop offre une palette de services (transfert d’argent, achat de devises et carte de paiement multi-devises) permettant au grand public d’envoyer de l’argent et de payer partout dans le monde, simplement, en toute sécurité et aux meilleurs tarifs. La société est accompagnée par Truffle Capital, actionnaire de référence de la FinTech.

Contact presse : Julien LetourneuxT : +33 1 84 17 51 46julien.letourneux@paytop.com